Comment une entreprise allemande secoue le marché européen des bijoux personnalisés avec Artec Micro

Défi : Automatiser et accélérer la reproduction manuelle de montures et de bijoux existants, afin de laisser davantage de temps pour la conception créative.

Solution : Artec Micro, Artec Studio, 3Design, DeepImage, Form 3 de Formlabs

Résultats : Une méthode de fabrication de bijoux entièrement automatisée et économique, de la réception de la commande en ligne à la création d’un modèle 3D en haute résolution et du bijou final en à peine deux heures, comparée à l’ancienne technique, qui exigeait plusieurs semaines de travail manuel.

À la naissance de leur premier enfant, Patrick Hübner et Josephin Hammer ont décidé de garder quelques souvenirs de ses premières fois : première dent, première mèche de cheveu, son cordon ombilical, que certains parents conservent après l’accouchement, sans oublier les minuscules empreintes de pieds. Et, à l’instar de n’importe quel parent, ils ont gardé ces précieux souvenirs dans un coffret.

Mais quelque chose manquait. Le couple voulait un souvenir qu’ils pourraient conserver près de leur cœur – quelque chose qu’ils pourraient chérir à jamais.

Quand Patrick a entendu parler des bijoux créés à partir de lait maternel et d’autres « matériaux naturels » – un collier avec une pierre fabriquée avec du lait maternel, une bague avec une mèche de cheveu ou une empreinte digitale du bébé, un pendentif avec une empreinte de patte de chien –, une idée a commencé à prendre forme dans son esprit. À l’époque, les bijoux en matériaux naturels gagnaient en popularité aux États-Unis, mais Patrick et Josephin n’avaient jamais rien vu de tel en Allemagne, ou même en Europe. C’est ainsi que milk-design, leur entreprise de conception de bijoux – et leur deuxième bébé –, est né.

Le couple a officiellement lancé milk-design Manufaktur GmbH en 2017, accompagné de leur boutique en ligne (https://milk-design.com), derrière lesquels ils créent des bijoux durables et personnalisés à partir de l’histoire, du matériau et des préférences uniques de chaque client.

Chaque bijou est créé à partir de l’histoire unique d’un client et d’un matériau lui appartenant.

Sur sa boutique, l’entreprise propose une multitude d’options de design avec divers matériaux, pierres précieuses et couleurs. Les clients peuvent sélectionner un bijou préconçu et le personnaliser avec leur propre matériau naturel, qui peut être une mèche de cheveux, une dent, un cordon ombilical, une empreinte digitale ou de patte, ou du lait maternel. Les clients peuvent également proposer un tout nouveau design, partager une photo vue sur Pinterest ou Instagram, un dessin fait à la main, ou un bijou qu’ils possèdent déjà et veulent personnaliser ou reproduire. Le coût de la conception de base démarre à 150 euros, et chaque personnalisation de couleur, de pierre ou de matériau s’ajoute au prix final.

Lorsque Patrick et Josephin ont commencé à travailler sur ce qu’ils appellent les « bijoux souvenirs », ils ont dû acheter les montures de base pour chaque type de bijou qu’ils souhaitaient créer, que ce soit un bracelet ou un pendentif, auprès de grossistes en Chine, aux États-Unis et en Australie. Des pierres et d’autres matériaux naturels y seraient ensuite enchâssés.

S’il s’agit d’une démarche fréquente pour un grand nombre de bijouteries, elle était trop inefficace, coûteuse et chronophage pour milk-design. Ils devaient attendre pendant 4 à 6 semaines que les montures franchissent la douane, sans parler de tous les frais associés.

Qui plus est, la conception s’en voyait ralentie, ce qui suscitait souvent le mécontentement des clients, qui devaient attendre extrêmement longtemps la réception de leurs commandes. Certains objets inutilisés et invendus finissaient par prendre les poussières sur une étagère en raison d’une demande faible, que l’équipe ne pouvait pas prévoir compte tenu de la nature de l’entreprise.

Exemple d’une monture de bague prête à être personnalisée

Un autre défi consistait à recréer un bijou existant. Il s’agissait d’un processus long et fastidieux. Pour chaque bijou, un designer devait fabriquer quelque chose qui avait déjà été créé auparavant, simplement pour disposer d’un modèle 3D au format STL et personnaliser le bijou dans un logiciel 3D.

Persuadé qu’il existait un moyen de rendre le processus plus rapide et plus efficace, Patrick a commencé à chercher un scanner 3D qui accélérerait la production et permettrait de créer des montures en interne.

Après avoir examiné différents scanners afin de trouver celui qui répondrait le mieux à ses besoins, Patrick a opté pour Artec Micro. Il s’est rapidement rendu chez KLIB, ambassadeur et revendeur certifié Or d’Artec, pour une démonstration. La session complète a duré environ 3 heures, au cours desquelles Knut Lehmann, directeur général de KLIB, a expliqué à Patrick tout ce qu’il devait savoir sur le scanner et lui a également offert une bombe aérosol pour le scan, essentielle pour numériser facilement des surfaces brillantes – un objet qui se révélerait très pratique pour scanner des bijoux.

Le fondateur Patrick Hübner est comblé grâce à son Artec Micro.

« La facilité d’utilisation de ce scanner m’a impressionné. Tout le monde peut l’utiliser, même mon fils !, commente Patrick. C’est le critère le plus important pour nous. Le scan n’est qu’une partie d’un processus plus large et, à l’instar du scan d’un document, il doit être rapide et simple. »

« Artec Micro est le meilleur choix pour le scan de très petits objets avec une haute précision et une excellente résolution, explique Knut Lehmann. Grâce à son mode de scan automatique, tout se fait en un clin d’œil. Nous avons effectué un scan de test d’un bijou conçu par M. Hübner, et le résultat était incroyable. M. Hübner a choisi Micro pour sa précision, sa rapidité et sa facilité d’emploi combinées. Nous étions ravis, chez KLIB, de lui offrir une telle solution. »

Ajout récent à la famille de scanners Artec, Artec Micro a été lancé en 2019. Ce scanner est conçu pour numériser des objets ayant pour dimensions maximales 90 × 60 × 60 mm, avec une précision pouvant atteindre 10 micromètres et une résolution de 0,029 mm. Il est doté de caméras couleur jumelles et de LED bleues de pointe synchronisées avec un système de rotation à deux axes qui vous permettent de numériser de minuscules objets sous tous les angles, avec un nombre d’images minimal. Tous ces éléments font de lui le scanner parfait pour la rétro-ingénierie de petits objets, la joaillerie, le contrôle qualité, l’inspection, le design, la dentisterie, et bien plus.

L'élégance d’Artec Micro n’est pas non plus pour déplaire. « Toutes les personnes qui viennent à mon bureau s’exclament toujours : “Waouh, il est magnifique !”, ajoute Patrick. Artec Micro est vraiment révolutionnaire. »

Grâce à Artec Micro, l’équipe peut créer des montures et des bijoux personnalisés entièrement en interne et de façon plus viable.

Avec Artec Micro, l’équipe de milk-design est maintenant en mesure de créer à la fois des montures et des bijoux personnalisés entièrement en interne et de façon plus viable. Alors qu’il lui fallait auparavant plusieurs semaines simplement pour recevoir toutes les fournitures envoyées par les grossistes, elle n’a plus besoin que de quelques heures pour scanner, imprimer et mouler la pièce nécessaire. Elle a également scanné immédiatement toutes ses montures existantes pour ne plus devoir en commander. Elle les imprime simplement en 3D quand elle en a besoin.

Auparavant, Patrick et son équipe devaient prendre des photos de chaque pièce créée, et dans chaque couleur, seulement une fois que celle-ci était terminée. Toutefois, même avec un éclairage et un matériel photo professionnels, ils obtenaient difficilement la qualité souhaitée. Grâce à sa nouvelle méthode, l’équipe peut montrer le modèle 3D du bijou à son client avant de l’envoyer à l’impression et au moulage. Le client peut ainsi non seulement effectuer des changements ou des ajouts mais également avoir une idée très précise de ce à quoi ressemblera le produit final.

Exemple d’une bague imprimée en 3D dans de la cire moulable

Le nouveau processus est le suivant : le client sélectionne dans la boutique en ligne une des pièces préconçues existantes, et le designer utilise le logiciel spécialisé de conception de bijoux 3Design pour finaliser le modèle. Là, une des montures scannées est sélectionnée et optimisée en fonction des préférences du client, puis la pièce finale est imprimée dans de la cire moulable. Ce modèle en cire est ensuite envoyé dans une machine de moulage chargée avec le métal nécessaire, où la pièce prend réellement forme.

Étape du moulage pour créer un bijou

Après quoi le designer prend la monture moulée finale et y insère le matériau naturel. Il peut s’agir d’une mèche de cheveux utilisée pour graver des initiales sur une pierre précieuse, ou de lait maternel bouilli et mélangé à de la résine époxy pour qu’il durcisse et prenne la forme souhaitée, ou une empreinte digitale gravée dans la monture.

La designer et fondatrice Josephin Hammer nettoie un bijou avec un appareil de sablage.

L’équipe utilise également Micro pour créer des bijoux personnalisés non présentés dans la boutique – soit pour fabriquer un bijou vu sur Internet ou inspiré par la nature, soit pour reproduire et personnaliser un bijou existant. Qu’il s’agisse d’une feuille de votre arbre favori ou d’un objet acheté en ligne, un scan fait par Micro permet à Patrick et à son équipe de modifier les données du scan selon les demandes du client.

Si la première étape demande du temps et une attention minutieuse au design et aux détails, ce temps ainsi que les opportunités et la souplesse qu’il permet contribuent à la croissance de l’entreprise. « Une fois le fichier STL à notre disposition, nous pouvons le modifier autant de fois que nous le souhaitons. Ce n’est pas un problème et nous ne faisons pas payer le client pour ce genre de requête car nous en apprenons et en retirons beaucoup. »

Josephin transforme des cheveux en hibou dans de la résine époxy.

Pour obtenir les meilleurs résultats possible avec le scanner, Patrick et son équipe utilisent une bombe aérosol spéciale qui facilite la numérisation des surfaces brillantes. Ensuite, ils nettoient le bijou scanné dans un bain à ultrasons qui polit les morceaux de métal et de verre dans l’atelier. Le modèle numérisé est traité dans le logiciel Artec Studio. Puis, le fichier STL final est exporté dans le logiciel 3Design pour davantage de modifications.

En fonction du matériau naturel choisi et de la complexité de la tâche, la conception et la fabrication peuvent prendre entre plusieurs heures et une semaine. En ce qui concerne le lait maternel, par exemple, une semaine et demie est nécessaire pour que le lait durcisse après avoir été mélangé à la résine époxy et que sa forme finale soit enchâssée dans le bijou.

Polissage final du bijou

Tout au long du processus, ce sont les relations nouées avec les clients que Patrick apprécie par-dessus tout. « Le service client est au cœur de milk-design, souligne-t-il. Chaque client reçoit une réponse quelques minutes après l’envoi de sa demande, quel que soit le service de messagerie populaire utilisé. »

Une fois la commande prête, celle-ci est emballée dans une boîte élégante et envoyée au client. « Nos produits sont si personnels que nous recevons énormément de lettres de nos clients, commente Patrick. Beaucoup pleurent en ouvrant la boîte pour la première fois. C’est vraiment un souvenir spécial. Il ne pourrait pas être plus unique. »

Chaque élément du bijou créé par milk-design est personnalisé.

Depuis l’apparition de l’idée initiale en 2018, la méthode et les personnalisations de l’entreprise – du produit au service – ont fait de milk-design le leader du marché des bijoux personnalisés, et ce non seulement en Allemagne mais dans toute l’Europe.

« Les bijoutiers et orfèvres européens sont très conservateurs et vieux jeu, explique Patrick. Ils utilisent des machines très anciennes et s’appuient encore beaucoup sur le travail manuel. L’ensemble du processus prend énormément de temps et le résultat final n’est pas parfait. Et si vous faites une erreur, vous devez tout recommencer. »

Patrick et son équipe pensent désormais que cette approche est inefficace. « Vous pouvez concevoir beaucoup plus rapidement et créer des bijoux de meilleure qualité avec des équipements modernes tels qu’Artec Micro, commente-t-il. Imaginez : 2 à 3 semaines sont nécessaires pour faire fabriquer une bague chez un orfèvre traditionnel. Moi, il me suffit d’à peine plus de 3 heures pour imprimer en 3D 1000, 2000, voire 3000 bagues. Tout dépend du nombre d’imprimantes dont je dispose ! »

Patrick en train de scanner une bague avec Micro

Forte de son succès, l’entreprise compte ouvrir des studios en Autriche et en Suisse dans le courant de l’année, et une vingtaine de points de vente dans les deux prochaines années. Initialement constituée d’une équipe de deux personnes, l’entreprise emploie actuellement cinq personnes et prévoit d’en recruter cinq de plus dans les mois à venir, y compris des designers qui travailleront également avec le scanner.

« Ce qui nous différencie, c’est que créer des bijoux personnalisés est notre métier, souligne Patrick. La plupart des bijoutiers qui fabriquent des objets similaires le font pendant leur temps libre, en tant que hobby, et ne peuvent pas fournir des résultats aussi rapides et d’une qualité aussi élevée que les nôtres. Voilà pourquoi nous sommes un leader du marché. »

L’équipe de milk-design Manufaktur. De gauche à droite : la créatrice de bijoux Josi Borch et les fondateurs Patrick Hübner & Josephin Hammer.

Dans l’avenir, l’équipe prévoit d’offrir le scan 3D en service premium complémentaire pour ses clients souhaitant une personnalisation plus poussée. L’entreprise compte également travailler avec des matériaux supplémentaires tels que le bois, le béton et le verre, pour créer des bijoux encore plus beaux et uniques pour ses clients.

« Nous voyons un grand potentiel dans le scan, la conception et l’impression 3D pour notre entreprise, explique Patrick. Beaucoup de gens à qui je parle ne le voient pas quand ils regardent le prix du scanner. Mais il suffit d’un seul investissement pour travailler uniquement avec le scan. De nombreuses entreprises continuent à créer des bijoux à la main mais, en combinant la technologie et le travail manuel, on peut être beaucoup plus créatif et passer moins de temps sur des processus automatisables. C’est ce qu’Artec Micro nous permet de faire. Il s’agit d’un investissement unique qui en vaut complètement la peine. »