Les scanners 3D Artec font leurs débuts dans la série animée de Netflix BoJack Horseman

20/09/2015

Que faites-vous si vous êtes inquiet que votre star hollywoodienne (en fait un cheval qui parle) puisse rater sa dernière scène ? Vous faites un scan 3D de son visage avec un scanner Artec, juste au cas où.

C'est le dilemme comique auquel sont confrontés les producteurs TV fictionnels dans l'épisode 1 de la seconde saison de BoJack Horseman, la série animée à succès de Netflix dans laquelle Will Arnett joue le cheval humanoïde éponyme, une star télé fatiguée de tout dont le style de vie hollywoodien et les remarques très acerbes font rire le public du monde entier.

Crédit image : Netflix

Quand ils ne peuvent pas faire confiance à la star pour aller jusqu'au bout du tournage, ses producteurs lui disent qu'ils doivent scanner son visage (en utilisant le prédécesseur de l'Artec Eva, rien moins que le scanner 3D MH!) pour s'assurer qu'ils puissent finir le tournage, si quelque chose venait à lui arriver. Ils continuent en plaisantant que, dans le futur, les acteurs ne devront plus jouer du tout – ils poseront simplement pour leur scan 3D, et que, grâce aux animations informatiques et aux effets spéciaux, les films et séries pourront être faits sans eux !

Bien que ce soit clairement de l'humour, l'histoire montre la voie du futur, dans le quel Hollywood se fie de plus en plus à notre technologie de scan 3D pour s'assurer que ses stars soient toujours disponibles pour les gros plans.

Les scanners Artec ont en fait été beaucoup utilisés pour créer des doubles numériques d'acteurs hollywoodiens, le dernier exemple étant Arnold Schwarzenegger, qui a été scanné en 3D pour Terminator Genesys.