Numériser des combinaisons spatiales avec des scanners Artec 3D

Résumé : Une entreprise de production de systèmes de support de vie pour les pilotes et les astronautes voulait intégrer une combinaison spatiale spécifique au modèle 3D d’un vaisseau spatial.

L’objectif : Numériser en 3D couleur une combinaison spatiale portée par un employé, à l’aide d’un scanner 3D portable très précis, et ce en moins de dix minutes.

Outils utilisés : Artec MHT, Artec Studio

Récemment, les employés d'Artec ont rendu visite à NPP Zvezda, une entreprise unique en Russie, qui produit les sustèmes de survie pour pilotes et astronautes. Le travail consistait à scanner une combinaison spatiale Sokol-KV-2, que les astronautes portent lorsqu'ils peuvent potentiellement être exposés à une dépressurisation. Ces combinaisons sont très légères (pesant environ 8,5 kg). Elles sont utilisées depuis 1979, et, jusqu'à ce jour, aucune situation ne les a fait échouer dans leur rôle. Un scanner Artc MHT a été utilisé pour obtenir une copie tridimensionelle de la combinaison pour son intégration ultérieure dans un modèe 3D de vaisseau spatial.

  1. Un employé a porté la combinaison (qui était en état de marche et avait passé 6 mois dans l'espace) et s'est assis dans un appareil spécial qui imitait un siège antichoc.Tout était organisé de manière à imiter très précisément la posture de l'astronaute durant le décollage , l'atterrissage et les autres situations associées à un risque plus grand.
  2. La combinaison était gonflée par de l'air jusqu'à atteindre la pression adéquate. Il était alors temps de commencer le scan.Pour capturer la combinaison, un scanner MHT a été utilisé. Ce modèle spécifique de scanner est conçu pour un scan précis d'objets de taille moyenne et capture les couleurs également.Pour les calculs ultérieurs, la précision pendant le scan est d'une grande importance. Sans précision, l'astronaute pourrait être confronté à une situation de dépressurisation dans l'espace.
  3. La combinaison a été scannée en 10 minutes et le processus s'est déroulé sans problème. L'homme portant la combinaison a dû garder une position spécifique et rester immobile pendant le scan.Quand le scan a été fini, la combinaison a été dégonflée, l' « employé » de Zvezda qui avait été scanné a dit « Bonjour, habitants de la Terre », ce qui a fait sourire tout le monde.Le modèle 3D a été produit avec l'aide des scanners Artec et le logiciel Artec Studio doit être utilisé pour un modèle 3D du vaisseau qui sera à son tour utilisé pour concevoir un nouveau vaisseau spatial.Les employés de “Zvezda” croient que la technologie 3D joue, sans aucun doute, un rôle important dans le développement de l'industrie spatiale.

Un des ingénieurs impliqués a commenté : « Ce que nous ne sommes pas capables de voir sur papier et sur les plans, nous pouvons le voir grâce à la technologie en trois dimensions. Travailler avec des modèles 3D est une grande aide dans la conception d'une nouvelle combinaison. Il peut être aligné sur un autre siège, tourné, les angles peuvent être changés – tout ceci est possible avec l'aide du modèle 3D obtenu. »

Les employés de "Zvezda" envisagent maintenant d'utiliser les scanners 3D pour d'autres tâches. Par exemple, la possibilité d'appliquer cette technologie pour développer des sièges sur mesure à bord d'un engin spatial (adapté au corps de chaque astronaute). Rendre ces sièges aussi confortables que possible est une tâche importante, étant donné que c'est là que les astronautes passent le plus de temps dans l'espace. En s'assurant de leur confort, on pourrait faire rester les astronautes plus longtemps dans l'espace.

Actuellement, le département de production de sièges sur mesure utilise une technologie plus ancienne qui rappelle celle utilisée dans l'industrie orthopédique. D'abord, un moule du dos de l'astronaute est fait puis envoyé à des spécialistes qui fabriquent le siège avec l'aide d'instruments de mesure manuels. Naturellement, la précision recherchée est rarement atteinte.

De plus, les concepteurs et ingénieurs considèrent l'utilisation du scanner pour numériser une combinaison souple. Ces combinaisons, actuellement en développement, donneront à leur porteur une plus grande mobilité au niveau des bras et jambes, leur permettant d'utiliser divers petits instruments.

L'équipe Artec est fière d'avoir participé à ce projet passionnant et espère avoir des retours d'organisations scientifiques et de recherche à propos de comment la technologie 3D peut être utile en d'autres façons à l'industrie spatiale.