Artec Eva aide à lever le voile sur le patrimoine culturel de la civilisation muisca

29 nov. 2021

Par Varvara Koneva

Peuple indigène de Colombie, les Muiscas, qui vivaient jadis dans les Andes, ont donné au monde la légende de l’Eldorado : quand un nouveau chef montait sur le trône, il se couvrait de poussière d’or et plongeait au fond de la laguna de Guatavitá pour apaiser les divinités marines. Au cours de la cérémonie, de l’or et des pierres précieuses telles des émeraudes étaient jetés dans le lac pour satisfaire les dieux et marquer le début du règne du nouveau chef.

Au début du 16e siècle, des colons espagnols ont donné au roi doré le nom El Dorado, ce qui signifie « le doré ». En 1545, les Espagnols ont tenté de drainer le lac dans l’espoir de récupérer le fabuleux trésor. Ils ont trouvé des centaines de pièces d’or, qui les ont amenés à croire qu’une cité de richesses inouïes se trouvait jadis là.

Conserver le patrimoine préhispanique de Colombie

Au-delà des histoires captivantes du passé, l’empire muisca tel que nous le connaissons aujourd’hui est tout aussi mystérieux et fascinant. L’abondance de reliques et d’artefacts qui continuent à être découverts dans la Colombie actuelle nous laisse un sentiment d’admiration devant leur hiérarchie, leur artisanat élaboré et leurs pratiques commerciales, ainsi que leur impact considérable sur la culture colombienne.

Rares sont ceux à savoir que l’empire muisca a prospéré pendant plus d’un millier d’années et était une civilisation aussi avancée que celles plus connues des Incas, des Mayas et des Aztèques. Plusieurs siècles plus tard, les descendants des Muiscas et les archéologues de la région livrent une bataille difficile pour sauver, documenter et conserver leur patrimoine, mis en péril par l’expansion de Bogotá, la capitale de la Colombie.

De nombreux artefacts de la civilisation muisca sont restés cachés pendant des millénaires.

À l’instar de la conservation numérique d’artefacts anciens à l’aide des technologies modernes, la ville montagneuse de Bogotá, nichée au milieu des sommets andins, est une fusion unique du passé et du présent. Une multitude d’objets impressionnants appartenant aux cultures préhispaniques se trouvent dans les musées locaux, tandis que les chercheurs du coin mènent des études historiques, anthropologiques et archéologiques pour compenser au maximum les effets dévastateurs de la colonisation.

Si beaucoup d’entreprises de la région s’intéressent peu aux sites archéologiques potentiels, des lois locales les obligent toutefois à faire attention au patrimoine culturel. La communauté a eu la chance que Perímetral Oriental de Bogotá, une société qui construisait une route près de la capitale, ait été très désireuse d’obtenir le plus d’informations possible sur la zone, et ce pour une bonne raison : le site faisait partie des quatre villes muiscas majeures dans la Vallée de Teusaca, noyau de la confédération de la chefferie muisca du sud.

Un archéologue innovateur du coin a sauté sur l’occasion de superviser le site, de mener des fouilles et de numériser toutes les trouvailles.

Un archéologue doté d’une vision

Diplômé de l’Université nationale de Colombie et professionnel aimant développer de toutes nouvelles approches, Francisco Correa a travaillé en étroite collaboration avec Lina María Campos et Maria Alicia Uribe, respectivement conservatrice et directrice du Museo Del Oro (l’éblouissant Musée colombien de l’or), pour aider à documenter, analyser et gérer les artefacts après la découverte de ce fantastique ensemble de contextes archéologiques et d’art ancien. Ces objets sont maintenant fièrement exposés dans le musée.

Correa et son équipe ont joué un rôle crucial dans la découverte de reliques muiscas uniques, telles que les « ofrendatarios », des récipients en céramique qui servaient à contenir des offrandes aux dieux lors des cérémonies funèbres. Et cette fois, ils avaient accès à une nouvelle façon captivante de le faire.

Traditionnellement, lors de n’importe quelle expédition archéologique, le travail de documentation implique l’utilisation de règles, de fils, de papier millimétré, et d’une grande quantité de dessins à la main. La recherche d’une méthode alternative par Correa était principalement une question de nécessité : économiser du temps et des efforts. Il a donc commencé à tester à partir de zéro différentes méthodes telles que la photogrammétrie et la modélisation 3D à l’aide du référencement photographique.

Lorsque celles-ci se sont révélées insuffisantes pour atteindre la précision et l’exactitude souhaitées lors de la manipulation d’artefacts extrêmement fragiles, Correa s’est procuré Artec Eva – son tout premier scanner 3D, et un nouvel outil qui changerait la donne.

Francisco Correa en train de scanner avec Artec Eva sur le terrain

Célèbre pour avoir été utilisé par des archéologues afin de scanner un patrimoine maya pour le British Museum et les restes de l’Homo Naledi dans la chambre de Dinaledi en Afrique, Artec Eva est un scanner 3D léger et polyvalent idéal pour scanner des objets de taille moyenne.

L’archéologie traditionnelle s’appuie souvent fortement sur les mesures manuelles.

En quête d’une précision et d’un niveau de détail phénoménaux

Doté d’une expérience antérieure dans le scan 3D et après une formation supplémentaire donnée par l’équipe d’assistance Artec, Correa s’est rendu directement sur le terrain avec Eva pour scanner le site du projet, les ossements et les artefacts découverts par son équipe. Rapidement, ils se sont rendu compte que le scan 3D marquerait le début d’une nouvelle ère dans l’enregistrement de contextes archéologiques – et des artefacts de l’archéologie muisca.

« Je pense que cette numérisation est nécessaire parce qu’elle offre une excellente représentation des objets avec lesquels nous travaillons, commente Francisco Correa. Elle est merveilleuse pour obtenir une représentation précise du matériel osseux, et transmettre des informations sur la position des os avec un niveau de détail difficilement accessible avec n’importe quelle autre méthode. »

Une première expédition visait à obtenir toutes les informations possibles sur la zone où la construction de la route était prévue. Au fur et à mesure que l’histoire se déroulait, toutefois, l’équipe a commencé à trouver de plus en plus de preuves uniques du comportement rituel des Muiscas.

Selon Francisco Correa, si tous les autres objets qu’ils ont pu trouver et soigneusement documenter en 3D – les récipients en céramique et les figurines en métal, les coquillages, les bagues, les émeraudes – ont été découverts il y a longtemps partout dans la région, il s’agissait des premières fouilles archéologiques en Colombie ayant permis de découvrir les ofrendatarios évoqués ci-dessus – ces récipients en céramique qui contenaient des figurines en métal et des émeraudes et qui étaient caractéristiques des rites funéraires des Muiscas. Certains des récipients ont été retrouvés dans la zone de ce qui était fort probablement les fondements d’un sanctuaire ou d’un temple, ouvrant une fenêtre sur le monde des rituels religieux et sur l’organisation complexe de la société muisca.  

Ces découvertes font également la lumière sur la chronologie muisca. « Nous pouvons identifier la période muisca la plus importante et savoir si elle coïncide avec l’époque où les Espagnols sont arrivés sur l’île, explique Correa. C’est une découverte majeure. »

Fragments d’ofrendatarios, récipients en céramique utilisés lors des cérémonies funèbres des Muiscas

Étapes et mesures : le scan 3D, un atout précieux pour les archéologues

Au cours des deux ans et demi qui ont suivi, Correa et une petite équipe ont supervisé les aspects techniques des fouilles. Le processus commençait généralement par la préparation de l’équipement nécessaire au travail : un ordinateur portable, Eva et une batterie suffisaient pour démarrer.

Grâce à la lumière blanche structurée 100 % sûre projetée par Eva lors du scan, l’équipe n’a jamais dû craindre que la technologie n’endommage les objets ni quoi que ce soit se trouvant aux alentours. Afin d’avoir une visualisation en temps réel des objets et du site, Correa balayait la zone avec le scanner de façon répétée, section après section, ce qui enthousiasmait toujours l’équipe.

Avec Artec Eva sur le site archéologique

« Je travaille dans un environnement sud-américain, où la majorité des travailleurs, y compris les archéologues, n’ont pas l’habitude de voir ce genre d’appareils de pointe. J’ai vu beaucoup de visages surpris et ai été témoin à de nombreuses reprises de l’effet inspirant d’Eva », se souvient Correa.

En fonction de la taille et de la complexité de l’objet documenté, le scan pouvait prendre jusqu’à dix minutes ; pour les ossements humains, les récipients en céramique, et les matériaux lithiques, il fallait en général une ou deux minutes par objet, ce qui a rendu le processus de scan complet ultra-rapide.

« Nous sommes maintenant en mesure de comprendre la façon dont les gens vivaient ici, car certaines traces de la période muisca sont toujours présentes, dans le sol, explique Correa. Nous avons travaillé dur pour récupérer et enregistrer les contextes funéraires avec précision, et c’est incroyable à quel point avoir Artec Eva à disposition nous aide – j’adore sa capacité à documenter les restes humains aussi précisément. »

Après leur découverte, les ossements anciens doivent par exemple être retirés du sol et emmenés dans un laboratoire. Tout ce mouvement peut modifier considérablement la position et l’état des os, selon Correa.

« Scanner avec Eva nous offre une chance de garder une représentation 3D précise qui pourrait nous donner un objet brut sur lequel travailler », ajoute-t-il.

L’étape finale a consisté à traiter les scans dans Artec Studio : Correa a effectué un Alignement global, appliqué une Fusion nette et le Filtre Petit objet, et terminé en simplifiant le maillage et en peaufinant la texture. Quand tout a été prêt, il a pu jouer avec les résultats – en créant des scènes dans Maya ou en modifiant les couleurs et les formes dans ZBrush – mais il disposait déjà d’un modèle 3D complet dans son arsenal.

Traitement des scans d’Eva dans Artec Studio

Modèle 3D d’un artefact muisca

L’archéologie numérique cruciale pour expérimenter la vie et l’art de civilisations anciennes

Conserver et exposer le passé semble désormais inimaginable sans les technologies de scan 3D. Les sites historiques majeurs sont si difficiles d’accès et si dispersés que nombre de chercheurs, sans parler du public lambda, n’auraient jamais l’occasion de les voir autrement. Des archéologues comme Correa travaillent pour nous donner une chance de déambuler dans des villes disparues depuis des millénaires.

Récipients, figurines et émeraudes caractéristiques des rituels muiscas

Les émeraudes, pierres sacrées des Muiscas, sont mentionnées dans un grand nombre de leurs légendes.

Examiner en 3D les artefacts muiscas les plus rares ne se limite néanmoins pas à redonner vie au passé. Protéger le patrimoine culturel à l’aide de la documentation numérique pourrait bien être la seule chance pour les générations futures de suivre la trace des civilisations anciennes. En attendant, les données 3D précises et détaillées permettent de restaurer et de reconstruire de précieuses connaissances et traditions perdues. Les solutions Artec sont là pour contribuer à créer des fondements fiables pour la conservation.

Les artefacts muiscas découverts feront la lumière sur l’ère entière de cette civilisation antique.

Correa s’intéresse également beaucoup à l’impression 3D et rêve de reproduire les objets qu’il a scannés pour créer des dioramas et les exposer via la réalité augmentée. Grâce à ses efforts, à son talent et à sa passion, combinés à la technologie révolutionnaire Artec 3D, nous pourrons sans doute un jour visiter virtuellement une ville muisca – et peut-être, enfin, nous retrouver un peu plus près de l’Eldorado, la légendaire Cité de l’or.