Restaurer un masque romain ancien en utilisant Artec EVA

20/07/2014

Une histoire unique présentée sur 3D HUBS sur comment une pièce manquante d'un artefact ancien a été reconstruite en utilisant Artec EVA et l'impression 3D.

Ronny Meijers, un technicien en restauration archéologique, travaille avec l'Arma Factory's Hub à Arnhem pour restaurer un artefact provenant de la collection du Valkhof Museum à Nimègue. L'artefact est un masque qui est une partie d'un ancien casque romain. Le casque a été trouvé dans un campement militaire, dans les années 1980, sans, malheureusement, la partie gauche.

Avec l'aide de sa collègue Vivianne Veenemans (propriétaire de 3Dsculptuur.nl), Ronny a pu scanner en 3D la partie droite de la visière ainsi que le bord de la partie manquante. Il a ensuite inversé la partie scannée et l'a combinée avec le bord de cassure de la partie gauche, obtenant ainsi un modèle imprimable en 3D de la pièce manquante. Vivianne a utilisé un scanner Artec 3D et son logiciel compagnon, Artec Studio, pour compléter le scan. Le processus de scan était relativement simple, l'appareil de scan étant portable et pouvait être bougé librement autour de l'objet.

Une fois le modèle 3D terminé, la pièce a été imprimée par une imprimante Zcorp « powder bed » en utilisant du grès en pleines couleurs. Selon Arma Factory's Hub, utiliser une imprimante Zcorp est excellent pour ce type de travail. Avec des couches de moins d'un dixième de millimètre, la qualité est extrêmement haute et vous ne vous rendrez pas compte que c'est de l'impression 3D. La qualité est un des bénéfices de l'imprimante Zcorp, une autre est l'utilisation d'un lit de poudre (« powder bed ») qui rend possible l'impression de n'importe quelle partie, sous n'importe quel angle, flottante ou non. Vous devez seulement garder l’épaisseur à l'esprit, un minimum de 2mm étant requis pour que l'impression soit assez solide pour être manipulée. 

 

 « J'ai toujours souhaité compléter le masque, mais il n'existait pas de technique de production qui permettait de faire une image miroir de l'oreille droite, et modeler la partie gauche de la face aurait pris trop de temps, » dit Ronny, « Récemment, le scan et l'impression 3D ont rendue la restauration non seulement possible, mais en plus bon marché »

 

Publié pour la première fois le 10 juillet 2014 sur 3D HUBS

Contactez-nous