Scan 3D avec Artec Eva Lite pour créer des soutiens-gorge parfaitement adaptés

12/07/2020

Par Loretta Marie Perera

Trop serré dans le dos, les bonnets qui ne tiennent pas en place, les bretelles qui glissent des épaules, ou l’armature qui vous rentre dans la peau ? Si vous êtes une femme, vous avez déjà connu au moins un (si pas tous) des désagréments susmentionnés. Les femmes modernes ont beau avoir l’habitude de relever un soutien-gorge inadapté ou d’en ajuster les bretelles pour la énième fois de la journée, la styliste Lidewij Vera Arí van Twillert s’est dit qu’elles pouvaient mieux faire.

Les scans 3D du corps permettent une personnalisation complète. [Image d’Ari van Twillert]

Et si une femme pouvait porter un soutien-gorge sur mesure spécialement conçu pour épouser exactement ses formes, avec des bretelles adaptées à ses épaules, le design de son choix, et un style répondant à son confort et à ses préférences ?

« J’ai toujours été fascinée par la mode et, lors de mes études d’ingénieur, j’ai décidé de combiner ma passion pour les technologies avec le stylisme, commente la styliste Lidewij van Twillert. La technologie du scan 3D m’a inspirée à créer le soutien-gorge sur mesure optimal. »

Un tel objet personnalisé exige des mesures incroyablement précises. C’est là qu’Artec Eva Lite entre en scène. Version économique du populaire Eva d’Artec 3D, Eva Lite a les mêmes caractéristiques en matière de précision mais avec des fonctionnalités réduites. Ce scanner abordable peut fournir des scans 3D de haute qualité et sans texture lors du scan d’objets riches en géométrie, ce qui le rend idéal pour numériser le corps humain.

« Eva Lite est à la hauteur de la tâche, étant donné que (la plupart du temps) le corps humain a beaucoup de géométrie et Eva Lite arrive facilement à assembler, comme un puzzle, les différentes images 3D en un remarquable scan 3D du corps », souligne Edwin Rappard de l’Ambassadeur Artec 4C Creative CAD CAM Consultants.

« Soulignons également que ces mesures sont prises sans toucher physiquement la cliente, ce qui est important pour le confort de celle-ci. »

Les données sont traitées dans Artec Studio.

L’entreprise plonge ses racines dans l’Université de technologie de Delft, où van Twillert a fait ses études. « Je voulais être diplômée avec un projet où la forme et la fonction ne feraient qu’un, explique van Twillert. En ce qui concerne les soutiens-gorge, la forme et la fonction ne font pas qu’un ; ils sont soit confortables, soit jolis. »

En 2015, après avoir décroché son diplôme et créé le design d’un soutien-gorge à la fois confortable, joli et offrant un support, la styliste a décidé de fonder son entreprise, Ari van Twillert.

Pièces de la collection Water Drift. [Image d’Ari van Twillert]

L’ensemble du processus est conçu autour de l’individu. Du scan à la réalisation, il dure de six à douze semaines et inclut jusqu’à trois essayages. La méthode de travail comprend trois parties : scan, sélection du design, et essayage.

Pour commencer, chaque cliente est invitée au studio, où les options pour le design de son soutien-gorge sont abordées autour d’un café. Après quoi le scan avec Eva Lite est effectué. « Une fois que j’ai choisi le tissu et le modèle, on m’a expliqué chaque étape du scan », raconte Roos, une cliente d’Ari van Twillert.

« J’ai même pu jeter un coup d’œil à l’écran pour voir mon corps scanné en 3D ! »

Un élément clé du soutien-gorge sur mesure est le curvearis breveté de l’entreprise – une alternative à l’armature et à son fameux manque de confort, et un nouveau type de support sur mesure imprimé en 3D et formant le schéma technique de votre soutien-gorge. Le scan 3D est essentiel pour le créer : « Fabriquer un curvearis sur mesure sans un scan 3D est impossible car le curvearis épouse précisément vos formes et utilise les informations 3D de votre corps, explique van Twillert. Je programme le curvearis sur le modèle 3D du corps de la cliente, et dérive les patrons de couture à partir du scan avec mes propres algorithmes. »

Une fois le curvearis et les patrons de couture personnalisés, le tissu est coupé et une impression test du curvearis est réalisée à l’aide d’une imprimante 3D Ultimaker.

Le curvearis est modélisé à partir des données obtenues durant le scan. [Image d’Ari van Twillert]

À partir de là, un soutien-gorge en mousseline est cousu pour l’essayage. Des ajustements sont apportés le cas échéant et, une fois le soutien-gorge parfaitement adapté, le fichier 3D est envoyé à Shapeways, le fournisseur de services d’impression 3D de l’entreprise. Le véritable soutien-gorge est ensuite fabriqué et envoyé à la cliente.

« Il est doux et épouse parfaitement mon corps, commente Roos, qui porte désormais régulièrement son soutien-gorge sur mesure. Aucune pression ni frottement sur ma peau, ce qui arrive souvent quand je porte un soutien-gorge ordinaire. »

Si l’entreprise prospère déjà, elle n’en est toutefois qu’à ses débuts. Van Twillert s’est lancée dans de nouveaux projets et designs – à commencer par le contour bustier, personnalisé de la même façon.

« J’ai quelques idées pour de nouvelles collections après la création de vêtements sur mesure ayant également une esthétique personnalisée », commente van Twillert.

« Aucun corps n’est identique, souligne Rappart. C’est génial d’avoir des produits personnalisés qui vous vont comme un gant, et ce sans que la prise de mesures ne nécessite de toucher votre corps ! »