Une tête d'un très rare requin pèlerin à l'esprit scientifique devient un spécimen modèle

Par Bridie Smith,

The Sydney Morning Herald

Résumé : Un requin pèlerin extrêmement rare et imposant s’est retrouvé dans les filets d’un pêcheur au large de l’Australie.

Objectif : Utiliser Artec Eva pour scanner le requin, puis imprimer une réplique exacte en 3D de la tête de 599 kg pour l’exposer dans un musée.

Outil utilisé : Artec Eva

Vous ne vous en douteriez pas en le regardant, mais ce requin est de la graine de mannequin. Bien sûr, il n'a rien d'une beauté classique, ses yeux sont petits et ses dents sont assez peu impressionnantes. Mais c'est un requin pèlerin. Et les scientifiques de l’hémisphère sud n'ont pas souvent l'occasion d'en voir.

Quinze jours après sa mort prématurée dans les filets d'un chalutier de Portland, la tête d'un requin pèlerin mâle a été prélevée et emmenée à Melbourne où elle a été scannée au laser pour que le Muséum Victoria puisse en faire un modèle 3D pour exposition au public.

« C'est la première fois que nous avons fait un scan 3D au musée, en tout cas à cette échelle, » a déclaré Martin Gomon, le conservateur en chef du musée pour l'ichtyologie.

Long de 6.5 mètres, le requin était trop gros pour être transporté et stocké en entier. Alors, avec la tête de 600 kilos, les chercheurs du Musée Victoria ont prélevé les nageoires dorsale, pectorales, anales et pelviennes, pesant au total 2.6 tonnes, et une sélection de vertèbres allant de la taille d'une assiette à celle d'une saucière. Des échantillons de muscle et de tissus ont aussi été pris pour en faire une analyse génétique et isotopique.

Le scan de la tête a demandé quelques préparations. Après avoir été congelée sur une palette de bois dans une chambre froide, il a fallu trois jours pour que la tête soit assez décongelée pour que l’équipe de préparation puisse ouvrir la mâchoire. Le quatrième jour, la bouche caverneuse a pu être ouverte assez grande pour que les barres de métal puissent passer par l’arrière de la gorge de l'animal. C'est alors seulement que le requin mâle a pu être hissé par des chaînes attachées au portique du quai de chargement du musée.

Alors que la tête était toujours dégoulinante au fur et à mesure qu'elle décongelait et dégageait une forte odeur de... poisson, l’ingénieur en scan 3D Ben Tam de la société de scan Qubic se mit au travail.

En déplaçant un scanner qui ressemble à un fer à repasser high-tech, Mr Tam a enregistré en 3D en détails la couleur et la forme de la tête, y compris les plis des branchies à l’intérieur de la bouche caverneuse.

Capturant les informations entre 10 et 15 images par secondes, le scanner laser a généré jusqu’à 15 gigabits de données brutes.

Les informations seront utilisées pour imprimer en 3D une copie de la tête du requin pèlerin qui sera exposée au musée.

Le modèle informatique, qui pourra être manipulé par les chercheurs sous tous les angles, deviendra un outil pour des études ultérieures.

Des moules des nageoires ont été faits pour que des copies puissent être produites en utilisant un plâtre dentaire fin.

Baignant à présent dans une solution de formol à 10 pour cent, les nageoires seront préservées comme ressource à laquelle les chercheurs pourront se référer plus tard.

« Nous pouvons comparer leur morphologie avec celle de poissons d'autres zones pour voir si ce sont des espèces différentes ou comment ils sont liés à d'autres espèces. » a déclaré le Dr Gomon. « Les structures internes peuvent aussi être radiographiées ou scannées par tomodensitométrie, elles ont donc beaucoup de valeur. »

La tête, ayant reçu une injection de produit conservateurs, sera aussi stockée dans un grand récipient de solution de formol à 10 pour cent.

Le deuxième plus grand poisson après les requins baleine, les requins pèlerins sont très rarement trouvés dans les eaux australiennes parce qu'ils vivent loin des plateaux continentaux.

Globalement, les requins pèlerins sont listés comme une espèce vulnérable sur la liste rouge de l'IUCN.