Imprimer des visages en 3D : des patients de chirurgie plastique obtiennent une prévisualisation tangible de leur nouveau physique

10/11/2016

Un chirurgien esthétique scanne les visages de ses clients en 3D avec l’Artec Eva et imprime en 3D des masques pour montrer à quoi leur visage ressemblera après la chirurgie, pour la première fois au monde.

A peu près n’importe quel candidat à la chirurgie esthétique mesure les risques, contemple ce qui semble une question à laquelle on ne peut répondre : “A quoi ressemblerai-je après ?” Seul le futur peut le dire, mais un chirurgien esthétique en Turquie, le Dr Yakup Avşar, met ses clients face à face avec leur futur.

Fondateur de la Clinique de Chirurgie Esthétique AVSAR à Istanbul, le Dr. Avşar fabrique des masques pour ses patients pour leur montrer à quoi ils peuvent ressembler après l’opération. C’est un outil à la mode de nos jours, avec un nombre important d’avantages pratiques : d’abord, il fournit aux patients un objet qui reflète avec précision le résultat final de la procédure chirurgicale ; ensuite, il définit des attentes réalistes pour le patient, de même que les limites de la chirurgie ; et finalement, il sert de référence tridimensionnelle très utile pour les médecins.

Une patiente reçoit un masque imprimé en 3D de la Clinique de Chirurgie Esthétique ASVAR. Image avec l’aimable autorisation de Mcor Technologies.

Dans son cabinet, le Dr. Avşar combine les solutions d’imagerie de haute précision des scanners Artec 3D avec la rapidité de la fabrication additive. Avec ces techniques, il peut rapidement construire une estimation matérielle tangible de la manière dont apparaîtra le patient après avoir subi la chirurgie faciale. Les résultats, selon le Dr. Avşar, ont reçu une grande approbation.

Dans un entretien récent avec Digital Engineering, il a partagé, “C’est ce que veulent les patients. Avant cela, il était impossible pour nous de montrer aux patients exactement ce à quoi ressemblerait leur visage après la chirurgie. Leur permettre de voir et sentir le masque tridimensionnel réaliste de leur visage donne au patient une bien meilleure compréhension des résultats chirurgicaux qu’ils peuvent attendre. Cette technologie est très puissante pour les patients dans la pratique quotidienne.”

Un patient à qui on présente les masques imprimés en 3D pour choisir comment elle préfère que son visage soit change. Images avec l’aimable autorisation de Mcor Technologies.

Les docteurs bénéficient énormément de cette technologie. Ce qui est un fait, c’est que le scan 3D a révolutionné la méthode de fabrication des masques du Dr. Avşar. Avant qu’il ne commence à utiliser le scanner 3D portable Artec Eva, il sculptait lui-même les masques pour ses patients… A la main ! Cela prenait beaucoup de temps et était une tâche laborieuse qui devait simplement être faite. De plus, les modèles faciaux finaux faits à la main ne comportaient pas des détails clés, comme la couleur et la texture, qui auraient pu être d’une grande valeur pour le patient et le docteur. Créer des masques est un art en soi. Et bien que le Dr. Avşar soit lui-même un artiste accompli, il était avant tout un chirurgien cosmétique et reconstructeur avec des demandes de service de patients dépassant ses disponibilités. Clairement, quelque chose devait changer.

Quand le Dr. Avşar a assisté à la démonstration des technologies de scan et impression 3D par les Partenaires Or d’Artec Teknodizayn, il a immédiatement senti que les avantages de leur combinaison pourraient bénéficier à ses patients. Les prototypes rendus seraient de superbes représentations réalistes du visage après travail post-opératoire. L’expérience de voir et toucher le résultat projeté de la procédure chirurgicale permettrait au patient de prendre de meilleures décisions, plus informées. Les chirurgiens peuvent à leur tour plus se concentrer sur la réalisation et le perfectionnement des chirurgies en évitant complètement la tâche encombrante de mouler de la matière malléable pour qu’elle ressemble au visage du patient.

Le Dr. Yakup Avşar scanne une patiente avec l’Artec Eva. Image avec l’aimable autorisation de Mcor Technologies.

Alors que le Dr. Avşar a expérimenté avec le scan et l’impression 3D, il a commencé à parfaire la manière dont il utilisait ces appareils. D’abord, il a imprimé les masques en utilisant des techniques basées sur la poudre, mais a ensuite change pour une imprimante 3D Mcor pour ses capacités de couleur avancées. Les coûts opérationnels ont joué un rôle stratégique dans l’ensemble pour son cabinet médical. Même les bienfaits pour l’environnement ont eu une influence. Il remarque : “Nous préférons toujours utiliser des imprimantes 3D stables, économiques et écologiques.”

A présent, avec la mise en place du scan 3D Artec et de l’impression 3D Mcor, le Dr. Avşar produit un nombre respectable d’environ masques uniques par mois. Une grande partie du travail est maintenant assumée par le scanner 3D Eva, dont l’utilisation permet au Dr. Avşar d’obtenir une grande quantité de détails visuels en quelques secondes.

Le Dr. Yakup Avşar discutant d’une future opération de chirurgie plastique avec une patiente. Image avec l’aimable autorisation de Mcor Technologies.

Et les utilisateurs tels que le Dr. Avşar peuvent apprendre à manier les scanners Artec 3D en un rien de temps. En fait, le scan 3D a évolué pour devenir plus convivial, un principe auquel a toujours adhéré Artec. Scanner la tête en 3D ne demande qu’un minimum d’efforts – seuls quelques points doivent être considérés pour produire les images formidables que le Dr. Avşar est capable de générer

D’abord, vous devriez commencer avec le visage. Ne le scannez qu’une fois. Les expressions faciales changent, des scans additionnels peuvent donc entrer en conflit avec le premier. Assurez-vous également que les épaules ou le dos restent en vue. Ceci aide à ancrer chaque prise. Vous pouvez les enlever plus tard avec une brosse d’effacement 2D en mode édition. Finalement, scannez le dessus de la tête. Si l’image semble un peu étrange, changez l’algorithme d’Enregistrement de Série Fin vers « Géométrie seulement ». L’enregistrement global et fin vont construire numériquement la tête, et ensuite, Fusion rendra l’image finale. Si vous trouvez même cette méthode trop complexe, vous pouvez simplement activer Suivi de Texture. Ceci facilitera et accélèrera le scan. Vous enverrez bientôt vos images à votre fournisseur d’impression 3D habituel.

Avec l’aide du scan 3D, ce qui prenait des semaines ou même des mois auparavant peut maintenant être fait en une seule visite au médecin. De plus, les patients souhaitant avoir recours à  une chirurgie plastique ou reconstructive peuvent maintenant voir et sentir les résultats d’une procédure qu’ils n’ont pas encore subie.

Posez une question