Forbes et MSN évoquent l’utilisation combinée du scan 3D et du phénotypage pour lutter contre la faim dans le monde

08/07/2021

Par Kanyanta Mubanga

Ces derniers temps, l’actualité ressemble à un catalogue de tout ce qui ne tourne pas rond dans le monde. Il est donc rafraîchissant d’entendre, de temps à autre, une nouvelle positive. Et quand cette nouvelle concerne des technologies 3D révolutionnaires ? Eh bien, c’est d’autant plus passionnant.

L’histoire qui nous transporte de joie actuellement concerne l’ivraie. Un type d’herbe utilisé pour nourrir le bétail. Certes, vous ne serez pas les premiers à faire remarquer que « passionnant » n’est pas exactement un des premiers adjectifs qui vient à l’esprit quand on parle d’ivraie. Toutefois, un meilleur rendement de l’ivraie aurait un impact considérable sur la production des agriculteurs et des éleveurs – une chose dont, nous le savons tous, le monde a besoin.

L’ivraie vivace est une plante fourragère populaire mais, dans certains endroits, près de 20 % du rendement de la plante est perdu en raison d'un égrenage précoce.

Manifestement, notre opinion est partagée, car nous avons remarqué que nous ne sommes pas les seuls à relater cette histoire avec enthousiasme.

Forbes a été aussi inspiré que nous en disant dans son article qu’une technologie de scan 3D mise au point pour la Station spatiale internationale pouvait aider à nourrir l’humanité. MSN est encore plus optimiste dans son évaluation, affirmant que le scan 3D, couplé à des compétences anciennes en phénotypage, pourrait bien mettre un terme à la faim dans le monde.

Un objectif auquel nous pourrions tous nous rallier, pas vrai ? Et si vous vous demandez ce qu’est, au fond, le phénotypage, il s’agit d’un mot très précis décrivant quelque chose d’assez simple à expliquer : l’amélioration du rendement agricole grâce à l’identification des plantes aux traits les plus désirables.

En utilisant les scanners Artec 3D, les agriculteurs peuvent identifier plus facilement les plantes aux traits les plus désirables, et ainsi améliorer le rendement agricole.

Mais c’est plus facile à dire qu’à faire. Dans le cas qui nous concerne, par exemple, les épis d’ivraie devaient auparavant être mesurés manuellement dans le but d’identifier les meilleures plantes. Toutefois, Travis Tubbs, major des forces spatiales américaines, s’est rendu compte qu’Artec Space Spider facilitait grandement cette tâche. Le scanner 3D haute résolution lui a permis de numériser précisément les épis d’ivraie et de compter littéralement combien de graines étaient perdues par certaines plantes. Vous pouvez lire davantage à ce sujet ici.

Et voilà : une histoire positive, réconfortante et motivante. La réalisation de ces prédictions ambitieuses reste encore à voir, mais il est en tout cas encourageant d’envisager les possibilités offertes et d’observer les progrès accomplis. Pour notre part, nous soutiendrons ce projet jusqu’au bout.

L’article de MSN est également repris en allemand sur weltderwunder.de, Focus.de et msn.com.